Catégories
Réflexion et socialisme

La guerre américaine contre le terrorisme est la véritable cause de la crise des réfugiés en Europe

Source de la photographie: James Gordon de Los Angeles, Californie, États-Unis – Enfants réfugiés irakiens, Damas, Syrie – CC BY 2.0

Les réfugiés désespérés entassés dans des bateaux à coque débarquant sur les plages de galets de la côte sud du Kent sont facilement décrits comme des envahisseurs. Les manifestants anti-immigrés exploitaient ces craintes le week-end dernier en bloquant l’autoroute principale menant au port de Douvres afin de «protéger les frontières britanniques». Pendant ce temps, le ministre de l'Intérieur, Priti Patel, reproche aux Français de ne pas en faire assez pour arrêter le flux de réfugiés à travers la Manche.

Les réfugiés attirent beaucoup l'attention sur les dernières étapes très visibles de leurs voyages entre la France et la Grande-Bretagne. Mais il y a ridiculement peu d'intérêt à savoir pourquoi ils endurent de telles difficultés, risquant la détention ou la mort.

On suppose instinctivement en Occident qu'il est parfaitement naturel que les gens fuient leurs propres États en faillite (l'échec supposé provoqué par la violence et la corruption auto-infligées) pour chercher refuge dans les pays mieux gérés, plus sûrs et plus prospères.

Mais ce que nous voyons vraiment dans ces pathétiques bateaux en caoutchouc à moitié submergés qui montent et descendent dans la Manche, c'est la fin du coin d'un vaste exode de personnes provoqué par l'intervention militaire des États-Unis et de leurs alliés. À la suite de leur «guerre mondiale contre le terrorisme», lancée à la suite des attaques d'al-Qaïda aux États-Unis le 11 septembre 2001, pas moins de 37 millions de personnes ont été déplacées de leurs foyers, selon un rapport révélateur publié cette semaine par Brown. Université.

L'étude, qui fait partie d'un projet intitulé «Coûts de la guerre», est la première fois que ce mouvement de population de masse provoqué par la violence est calculé à l'aide des dernières données. Ses auteurs concluent qu '«au moins 37 millions de personnes ont fui leurs maisons au cours des huit guerres les plus violentes que l'armée américaine a lancées ou auxquelles elle a participé depuis 2001». Parmi ceux-ci, au moins 8 millions sont des réfugiés qui ont fui à l'étranger et 29 millions sont des personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) qui ont pris la fuite à l'intérieur de leur propre pays. Les huit guerres examinées par le rapport se situent en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Yémen, en Libye, en Somalie, au nord-ouest du Pakistan et aux Philippines.

Les auteurs de l'étude disent que le déplacement de personnes par ces guerres d'après-11 septembre est presque sans précédent. Ils comparent les chiffres des 19 dernières années avec ceux de l'ensemble du XXe siècle, concluant que seule la Seconde Guerre mondiale a produit un vol de masse plus important. Sinon, le déplacement post-11 septembre dépasse celui provoqué par la révolution russe (6 millions), la Première Guerre mondiale (10 millions), la partition Inde-Pakistan (14 millions), le Bengale oriental (10 millions), l'invasion soviétique d’Afghanistan (6,3 millions) et la guerre du Vietnam (13 millions).

Les réfugiés sont visibles une fois qu'ils franchissent une frontière internationale, mais les PDI sont beaucoup plus difficiles à retracer, bien que trois fois et demie plus nombreuses. Ils peuvent se déplacer plusieurs fois car les dangers auxquels ils sont confrontés vont et viennent. Parfois, ils retournent chez eux, pour les trouver détruits ou que les moyens de gagner leur vie ont disparu. Souvent, ils doivent choisir entre le pire et le pire à mesure que les lignes de bataille changent, les forçant à une existence nomade dans leur propre pays. En Somalie, le Norwegian Refugee Council affirme que «pratiquement tous les Somaliens ont été déplacés par la violence au moins une fois dans leur vie». En Syrie, il y a 5,6 millions de réfugiés mais aussi 6,2 millions de PDI avec des familles sans emploi et mal nourries qui luttent pour survivre.

Certaines de ces guerres ont été déclenchées comme conséquence directe du 11 septembre, notamment en Afghanistan et en Irak (bien que Saddam Hussein n'ait rien à voir avec Al-Qaïda et la destruction du World Trade Center). D'autres, comme la guerre en cours au Yémen, ont été lancées par l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et d'autres alliés en 2015. Mais cela n'aurait pas pu se produire en premier lieu, et ont duré cinq années dévastatrices, sans un feu vert tacite. de Washington. Avec 80% de la population yéménite dans le besoin, la seule raison pour laquelle il n'y a pas plus de réfugiés est qu'ils sont piégés à l'intérieur du Yémen par le blocus saoudien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *