Catégories
Réflexion et socialisme

La police fédérale abat un activiste Black Lives Matter à Washington

Dans un autre incident de violence croissante de l'État contre la gauche, la police fédérale a tiré et tué jeudi soir un antifasciste et militant de Black Lives Matter, Michael Forest Reinoehl, à Lacey, Washington. La police fédérale était arrivée avec un mandat d’arrestation contre Reinoehl pour avoir tiré sur un membre de Patriot Prayer lors d’une manifestation le samedi précédent. Reinoehl avait laissé entendre qu'il était le tireur dans un Vice entretien juste la veille, mais a affirmé que la fusillade avait eu lieu en légitime défense. «J'étais convaincu que je n'avais frappé personne d'innocent et j'ai fait ma sortie», a déclaré Reinoehl dans l'interview. Patriot Prayer est un groupe d'extrême droite et suprémaciste blanc qui, avec d'autres groupes de droite, cible les manifestants de Portland BLM depuis des semaines. Dans la nuit de la fusillade, des membres de Patriot Prayer lourdement armés étaient descendus sur le centre-ville de Portland dans des camionnettes avec des drapeaux Trump et des vies bleues, dans le seul but de harceler et de provoquer des affrontements avec les manifestants du BLM. Cela fait suite à des mois de violence des justiciers de droite, y compris le meurtre d'Ahmaud Arbery en février, et survient quelques jours seulement après que Kyle Rittenhouse, 17 ans, se soit présenté armé à une manifestation de Kenosha, dans le Wisconsin, et a abattu trois manifestants, tuant deux d'entre eux.

Vous etes peut etre intéressé: La police et la droite ont tué des manifestants

Père de deux enfants âgé de 48 ans, Reinoehl était régulièrement présent aux manifestations et aux rassemblements contre la brutalité policière et le fascisme à Portland depuis au moins début juin. Selon les militants de Portland impliqués dans les manifestations nocturnes qui ont eu lieu depuis le meurtre de George Floyd, Reinoehl était un membre respecté d'une équipe informelle de sécurité qui avait été créée par des militants pour se protéger contre la violence régulière des éléments d'extrême droite et le police. En fait, Reinoehl lui-même avait reçu une balle dans le bras par un provocateur de droite à peu près un mois auparavant, alors qu'il tentait de rompre une bagarre entre l'homme et un groupe qu'il qualifiait de «plusieurs mineurs».

On ignore encore beaucoup de choses sur ce qui s'est passé jeudi, comme si Reinoehl avait ou non une arme à feu et s'il a déjà tiré une arme sur la police. Quoi qu'il en soit, le meurtre de Reinoehl contraste fortement avec la manière dont le justicier de droite Rittenhouse a été traité par la police de Kenosha. Rittenhouse, par exemple, est passé calmement devant des policiers avec son arme prête – alors même que des passants criaient à la police qu'il venait de tirer sur plusieurs personnes – et est rentré chez lui. Ce n'est que le lendemain qu'il a été arrêté chez lui sans incident ni un seul coup de feu. Tel biais clair, qui a été documenté par les journalistes et les manifestants, montre de quel côté la police est vraiment. La police n'est pas et n'a jamais été conçue pour protéger les gens ou pour maintenir la paix. Descendants directs des patrouilles d'esclaves, la police regorge de suprémacistes blancs qui utilisent l'uniforme pour continuer à terroriser les communautés noires et brunes. Le rôle de la police est de gérer et de contrôler les relations capitalistes entre la classe dirigeante et la classe ouvrière exploitée. Leur travail, historiquement, est d'étouffer toute agitation ou organisation qui menace le système économique ou social du capitalisme au service d'une petite bourgeoisie et de la classe dirigeante qui exercent un monopole sur l'usage légal de la force.

Donc, en ce moment de soulèvements continus contre le racisme et la violence policière raciste, il est plus important que jamais que les travailleurs apprennent à se surveiller et à se protéger les uns les autres des attaques de droite, qu'il s'agisse de justiciers ou de policiers en uniforme, et nous défendons sans équivoque les droits de la classe ouvrière et opprimée de se défendre contre ces forces. Cependant, si les groupes de sécurité de protestation comme celui dans lequel Reinoehl était impliqué sont un moyen d'y parvenir, ils sont insuffisants. Quelques manifestants armés du BLM ne sont pas à la hauteur des armes de la police et des milices de droite. En outre, la légitime défense ne concerne pas seulement les milices armées, mais dépend essentiellement du soutien politique et social des masses. Le pouvoir réel de la classe ouvrière ne peut être réalisé qu'en nombre, à travers l'auto-organisation de masse sur les lieux de travail et les quartiers et à travers l'utilisation de méthodes de lutte de la classe ouvrière telles que les grèves générales. C'est pourquoi la lutte contre les violences policières ne peut être séparée des autres luttes des travailleurs pendant cette crise. Ce n'est qu'en unissant la lutte contre la violence policière et le racisme avec les luttes des chômeurs, des immigrés, des locataires, des travailleurs organisés et contre toutes les formes d'exploitation économique et sociale que la classe ouvrière peut vraiment trouver son pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *