Catégories
Réflexion et socialisme

Les débardeurs et les Teamsters annoncent un arrêt de travail en l'honneur de George Floyd

Union internationale des débardeurs et des entrepôts (ILWU) Les sections locales 10, 34, 75 et 91 se sont jointes à la section locale 808 des Teamsters pour annoncer un arrêt de travail mardi en solidarité avec des manifestants manifestant pour le meurtre de George Floyd par la police. L’arrêt de travail et la veille silencieuse coïncideront avec les funérailles de Floyd et couvriront plusieurs fuseaux horaires. Les travailleurs organisés sous l'ILWU et les Teamsters comprennent les travailleurs de Metro North à New York et les dockers à travers le pays. Bien qu'il s'agisse d'un arrêt de travail temporaire et non d'une grève, il s'agit tout de même d'un développement important et d'une puissante démonstration de solidarité entre les travailleurs organisés et ceux qui luttent dans la rue contre la répression policière.

Les travailleurs du débardage ont une longue histoire de lutte contre des pans plus larges de la société. ILWU Local 10 fermer les ports et marcher pour protester contre le meurtre d'Oscar Grant par la police en 2010. En 2008, plusieurs sections locales de l'ILWU se sont mises en grève pour protester contre la guerre en Irak, vaincre l'ingérence de la bureaucratie syndicale pour ce faire. Ces actes de solidarité s'alignent sur la devise de l'ILWU selon laquelle «une blessure à l'un est une blessure à tous».

Depuis le début des soulèvements actuels, de nombreux syndicats ont émis des déclarations de soutien, mais cette nouvelle annonce d'un arrêt de travail est une évolution importante. Les travailleurs organisés en plusieurs syndicats se réunissent, à travers des emplacements géographiques, pour mener une action unifiée et solidaire. Cette évolution montre le début du rapprochement des luttes des le travail organisé et la lutte des Noirs.

Les manifestants dans les rues gagnent d'énormes concessions, mais pour de plus grandes victoires, nous devons défier le cœur de la production capitaliste. Cependant, comme le montre la récente défense des syndicats de flics par le président de l'AFL-CIO, la bureaucratie syndicale est parfaitement disposée à faire des déclarations de soutien sans rien faire pour soutenir réellement les soulèvements. La base doit s'inspirer de l'engagement des travailleurs de l'ILWU à lutter pour les plus opprimés depuis des décennies et exiger que les syndicats prennent des mesures pour soutenir matériellement la lutte pour la vie des Noirs. Les syndicats doivent faire grève, mobiliser leurs membres, s'opposer à toute coopération avec la police (ce qui signifie expulser les syndicats de flics de leurs conseils) et partager leurs ressources avec le mouvement. Le racisme est un outil du capitalisme pour diviser. En reprenant les luttes des opprimés, les travailleurs peuvent faire preuve d'une réelle solidarité tout en sensibilisant les classes.L'arrêt de travail mardi est une étape vitale pour joindre la lutte contre l'oppression capitaliste à la lutte contre l'oppression raciste. Lier ces luttes est ce dont le mouvement a besoin pour évoluer et vraiment gagner un monde sans oppression ni exploitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *