Catégories
Réflexion et socialisme

Les électeurs autochtones pourraient faire basculer l'élection de 2020, s'ils sont en mesure de voter

MENOMINEE COUNTY, Wisconsin. – Le pouvoir des électeurs autochtones de décider 2020 L'élection présidentielle ne peut être surestimée, a déclaré la représentante américaine Sharice Davids (D-Kan.), citoyenne de la nation Ho-Chunk, au Parti démocrate en août. Des États avec des populations autochtones importantes – Arizona, Minnesota et autres – sont en jeu, a déclaré Davids. Même la petite population autochtone en âge de voter du Wisconsin pourrait avoir un impact sur la course à la Maison Blanche, selon Davids. Le président Donald Trump a remporté le Wisconsin en 2016 par juste 0.77%, alors que les électeurs autochtones représentent environ 1.5% de l'électorat de l'État, selon le Congrès national des Indiens d'Amérique (NCAI).

Pour amener les gens aux urnes, un groupe de défense de la base appelé Menikanaehkem, basé sur le 235,000-acres de réservation de la tribu indienne Menominee du Wisconsin, reconnue par le gouvernement fédéral, travaille avec la branche organisatrice autochtone de Wisconsin Conservation Voters sur des moyens numériques de communiquer avec les autres membres de la tribu sur les problèmes et les procédures de vote de cette année. Le groupe, dont le nom est prononcé hommes-ee-KAHN-ah-kem (traduit par "Community rebuilders »), soutient le bien-être des Menominees qui vivent parmi les collines verdoyantes, les rivières tumultueuses et les chutes d'eau scintillantes du nord-est du Wisconsin.

Lors des élections primaires du Wisconsin en avril, les électeurs en personne ont dû faire face à de longues files d'attente et au risque de Covid-19 infection à voter. Pour éviter que cela ne se reproduise, Menikanaehkem encourage l’utilisation de l’option par correspondance ou par correspondance – tout comme le comté de Menominee, dont les frontières correspondent à celles de la réserve et qui y gère les élections nationales.

Alors que la réserve Menominee, selon le directeur exécutif de Menikanaehkem, Guy Reiter, bénéficie d'un service postal relativement bon, le service postal dans de nombreuses communautés amérindiennes, comme l'accès aux bureaux de vote physiques, a longtemps été peu fiable et inéquitable. Les ralentissements postaux pendant le vote par correspondance toucheraient probablement particulièrement durement ces communautés.

Une baisse de la participation électorale autochtone pourrait avoir des conséquences dans tout le pays. Les Amérindiens sont plus impliqués et plus influents dans les élections américaines qu'on ne le croit généralement: ils présentent des dizaines de candidats à des postes d'État et à des postes nationaux, organisent des forums de candidats présidentiels et gèrent des campagnes énergiques pour sortir le vote. Avec environ 3.7 millions d'Autochtones en âge de voter concentrés dans les États occidentaux – et cette population en âge de voter comptant jusqu'à 11% de l'électorat au Nouveau-Mexique, 12% en Oklahoma et 17% en Alaska, selon le tableau de la NCAI – Les électeurs autochtones peuvent influencer considérablement les résultats des élections. Le soutien tribal a aidé de nombreux candidats, parmi lesquels le lieutenant-gouverneur Peggy Flanagan (D-Minn.), Le sénateur Jon Tester (D-Mont.), Le sénateur Maria Cantwell (D-Wash.), L'ancien sénateur Mark Begich (D -Alaska), ancien sénateur Heidi Heitkamp (D ‑ ND), ancien sénateur Tim Johnson (D ‑ SD) et ancien sénateur Tom Daschle (D ‑ SD).

Pour s'assurer que chaque vote de Menominee compte cette année, Wisconsin Conservation Voters aide Menikanaehkem et les représentants d'autres nations tribales à atteindre leurs communautés par le biais de messages texte, de médias sociaux, de courriels et de mairies virtuelles. Ces techniques numériques sont devenues essentielles pour les campagnes à l'ère de la pandémie, car les réunions de routine et les efforts de prospection autrefois deviennent potentiellement dangereux. Reiter explique: Il est difficile d’être un organisateur de communauté si vous ne pouvez pas faire partie de la communauté.

Obstacles au vote autochtone

Depuis l'obtention de la citoyenneté américaine et du suffrage 1924, Les autochtones ont intenté de nombreuses poursuites pour exercer leur droit de vote. Certains électeurs autochtones sont toujours confrontés au harcèlement, aux bureaux éloignés et difficiles d'accès, aux heures de vote réduites ou imprévisibles et au refus des agents électoraux d'accepter les types de pièces d'identité qu'ils détiennent habituellement.

La pandémie ajoute de nouveaux obstacles: cette année, à cause de Covid-19, de nombreux électeurs se fieront aux bulletins de vote par correspondance pour voter. Mais comme En ces temps a rapporté que de nombreux citoyens tribaux ne reçoivent pas de courrier à domicile mais comptent sur P.O. boîtes ou livraison générale dans des bureaux de poste éloignés. Sur certaines réservations, il s'agit de petites installations contractuelles avec un service irrégulier et des heures limitées.

Une étude récente menée autour de la Nation Navajo offre un avertissement. Le groupe de droits de vote autochtone Four Directions a envoyé des mailings de test des villes dans et autour de la réservation et a constaté que si le courrier de certaines communautés à majorité blanche prenait généralement une journée pour se rendre au bureau de vote du comté, le courrier Navajo en prenait autant que dix journées.

Four Directions assiste les plaignants Navajo dans le cadre d'un procès fédéral en matière de droits de vote qui comprend l'étude par courrier. Le procès demande à l'Arizona d'accorder un délai supplémentaire pour le décompte des bulletins de vote par correspondance Navajo.

Bret Healy, consultant pour le groupe, l'exprime ainsi: «(Le service de courrier sur la réservation) était mauvais avant la pandémie, et tout ralentissement ou confusion aggrave la situation.» Healy prédit un "chute catastrophique »de la participation électorale à travers le pays indien si ces problèmes ne sont pas résolus.

Pendant ce temps, dans les Dakotas, la tribu Standing Rock Sioux et le Lakota People's Law Project ont récemment rejoint le sénateur Tom Udall (D-NM) et le président adjoint de la Chambre des États-Unis, Ben Ray Luján (D-NM), pour travailler à l'adoption du vote des Amérindiens Loi sur les droits. Le projet de loi exigerait des bureaux de vote accessibles, une inscription accrue des électeurs, un meilleur accès aux observateurs électoraux fédéraux et d'autres améliorations pour les communautés autochtones.

Sauvegarde du "bon endroit"

Selon Reiter, de nombreux électeurs autochtones sont plus motivés par les enjeux que par les candidats et les partis. Ils sont toujours intéressés par les questions de santé et d'éducation, dit-il, et ont de graves préoccupations concernant les défis à la souveraineté tribale et les dommages causés à la terre, à l'eau et aux lieux sacrés. Comme dans le combat de la tribu Standing Rock Sioux contre le Dakota Access Pipeline (DAPL), les autochtones sont souvent le fer de lance des affrontements environnementaux dont les conséquences touchent des millions de personnes.

En plus de faire pression pour que des pipelines, tels que DAPL et Keystone XL, soient construits à travers ou à proximité des terres autochtones, l'administration Trump a diminué la protection fédérale pour de vastes zones de beauté naturelle et de signification culturelle tribale, y compris le monument national Bears Ears dans l'Utah. Une préoccupation majeure dans le nord-est du Wisconsin est la mine Back Forty, une mine de métaux à ciel ouvert proposée juste de l'autre côté de la frontière du Michigan. Le nom du Wisconsin vient d'une expression Menominee signifiant "un bon endroit pour vivre », et Menominees disent que la mine dégradera ce bon endroit. Ils prévoient des dommages aux sites de jardins séculaires, aux lieux de cérémonie et aux tumulus funéraires.

Selon Earthjustice, le cabinet d'avocats représentant la tribu dans les litiges contre la mine, ses torts iraient beaucoup plus loin. Le drainage d'acide toxique de la mine contaminera la rivière Menominee, selon l'entreprise. La rivière se jette dans le lac Michigan, l’un des Grands Lacs, qui, ensemble, contient un cinquième de l’eau douce de surface de la planète. Chicago, Milwaukee et d'autres villes et villages en aval de la mine proposée tirent leur eau potable de ce gigantesque réservoir continental.

Le forage exploratoire en cours pour une mine de métaux dans les sources de la rivière Wolf est également préoccupant pour les Menominees. Cette rivière panoramique nationale du Wisconsin prend naissance au nord de la réserve de Menominee et la traverse.

Bien que les défis soient énormes, dit Reiter, son peuple et les autres citoyens tribaux persisteront à se battre pour protéger la terre. "Tant que cette terre est ici, tant que nous sommes ici, nous n'abandonnerons jamais », dit-il. Pour voter d'une manière qui soutient cet effort, "Vous devez faire vos devoirs. » Bien que les démocrates aient toujours été coopératifs sur les questions environnementales, il en est de même pour certains républicains, dit Reiter – il produit donc des cartes de pointage électorales papier et numériques pour cartographier et clarifier les positions des candidats sur des questions importantes pour les peuples autochtones.

Menant de la tradition

L'activisme politique Menominee existe dans le contexte de nombreux projets et entreprises patrimoniaux. "Notre travail est guidé par l'esprit et provient de nos modes de vie terrestres », déclare Rachel Fernandez, membre de la tribu. Pendant un siècle et demi, la tribu a utilisé les principes traditionnels pour récolter du bois de manière durable et rentable. le 145Un groupe de conservation d'un an, American Forests, appelle le bois Menominee "l'une des forêts exploitables les plus importantes au monde sur le plan historique. »

Menikanaehkem fait appel aux mêmes principes de longue date dans ses autres projets. Parmi ceux-ci figurent la souveraineté alimentaire et le leadership et l’autonomisation des femmes, y compris la pratique des sages-femmes et les pratiques traditionnelles d’accouchement. L'énergie solaire du groupe "les petites maisons »abritent ceux qui ont besoin de temps et d'espace pendant les transitions de la vie.

Fernandez estime que susciter l'intérêt de la prochaine génération de dirigeants de Menominee pour les élections est également important et fonctionne dans le cadre de la préparation des jeunes à porter leurs traditions dans le futur. "En ces temps difficiles », dit-elle, "nous devons réfléchir à qui nous sommes, qui étaient nos ancêtres et ce qu'ils ont enduré pour nous assurer que nous sommes ici. De cette manière, nous pouvons… nous préparer à la vie de nos descendants. Nous devons être ce bon ancêtre pour eux. Lorsque vous vous tenez dans votre vérité, cela vous soutient.

Malgré la tourmente de cette année, les Menominees ne sont pas découragés, dit Reiter. Son peuple a survécu à d'autres crises, voire à d'autres pandémies, voire à un génocide. "C'est une force d'enfer », dit-il. "Nous avons ceci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *