Catégories
Réflexion et socialisme

Les membres de l'AFSCME appellent les dirigeants syndicaux à soutenir le mouvement pour les vies noires et à exiger une AFSCME sans flics

La Fédération américaine des employés des États, des comtés et des municipalités (AFSCME) est le plus grand syndicat de fonctionnaires des États-Unis et est affiliée à l'AFL-CIO. Cop-Free AFSCME est une coalition de membres syndicaux de base et de militants syndicaux au sein de l'AFSCME de tout le pays qui se sont engagés à lutter pour la justice raciale et économique. Ici, nous reproduisons leur récente déclaration, poussant à une motion pour un AFSCME sans cops. Le syndicat a reçu plus de 450 signatures de membres actuels et anciens multiraciaux de la base, des présidents des conseils et des États, du personnel et des sympathisants.

L'AFSCME Cop-Free déclare sans équivoque que Black Lives Matter et s'engage à éradiquer le racisme anti-Noir au sein du mouvement ouvrier. Left Voice est solidaire des membres de base de l'AFSCME alors qu'ils exigent que les flics quittent leurs syndicats.

____

Une véritable solidarité avec les travailleurs noirs signifie expulser les flics du travail

WASHINGTON, D.C .: Lors de sa convention nationale la semaine dernière, des centaines de membres de la Fédération américaine des employés d'État, de comté et municipaux ont fermement soutenu le mouvement Black Lives Matter et une AFSCME sans police.

Dans les jours précédant la convention de l'AFSCME 2020, les délégués à la convention ont soumis quatre résolutions distinctes appelant à l'appui de l'AFSCME à des demandes spécifiques du mouvement Black Lives Matter, y compris le soutien à la désaffiliation de la police et à la désaffiliation des syndicats de flics.

Sans notifier les auteurs des résolutions, le Conseil exécutif international de l'AFSCME a «combiné» ces quatre résolutions en une seule résolution, prétendant représenter les demandes initiales tout en étant en fait activement réaffirmant A la place, le soutien matériel de l’AFSCME aux flics et à leurs syndicats.

Au congrès, les membres de l'AFSCME ont réussi à soulever un seul amendement à cette nouvelle résolution, un appel à retirer les flics de l'AFL-CIO. Même sans être autorisés à entendre une seule voix de soutien, près de 400 délégués représentant des milliers de membres de l'AFSCME à travers le pays ont voté en faveur de l'éviction des flics du syndicat. Cette semaine, en solidarité avec nos frères et sœurs de l'AFSCME, No Cop Unions, et en réponse aux fausses déclarations et aux distorsions avancées par le Conseil exécutif international de l'AFSCME, nous a lancé une pétition pour exiger un AFSCME sans Cop-Free.

Dans l'esprit de l'ancien président de l'AFSCME, Wurf, qui a déclaré: «ce syndicat ira au mur pour vous, mais si vous voulez être raciste ou fasciste, perdez-vous», nous appelons l'AFSCME à prendre les mesures concrètes suivantes en 8 mars 2021, 52e anniversaire de la marche historique «Je suis un homme»:

  • AFSCME et AFL-CIO: mettez fin à notre affiliation avec les syndicats de police et dirigez notre pouvoir politique considérable vers l'objectif de défunding la police et de réaffecter à des services publics affirmant la vie qui travaillent pour assurer la sécurité de TOUTES les communautés.
  • Approuvez et préconisez l'adoption de la loi BREATHE.
  • Fournir un soutien matériel au Mouvement pour les vies noires et aux organisations locales dirigées par des Noirs.
  • Plaider pour la fin de l'immunité qualifiée pour la police, une interdiction totale des cautionnements en espèces, mettre fin aux mandats d'interdiction de coup, renvoyer la police dans les écoles, dépénaliser le commerce du sexe et soutenir la réémancipation des personnes actuellement et anciennement incarcérées.
  • Prenez un véritable engagement en faveur de la justice raciale en créant un fonds commémoratif MLK pour les travailleurs noirs au sein de l'AFSCME, en travaillant à augmenter la représentation des dirigeants syndicaux noirs proportionnellement à l'adhésion noire et en ajoutant la justice raciale à nos «problèmes prioritaires» déclarés.
  • Toutes les sections locales qui représentent les agents et les travailleurs des services correctionnels, de probation et de libération conditionnelle, exhortent le personnel et les dirigeants de ces syndicats à s'engager à des contrats sans immunité qualifiée qui n'échappent pas à la responsabilité et interdisent les négociations sur tout ce qui implique l'utilisation de la force, s'efforcent d'éradiquer le racisme dans leurs rangs. , servir et protéger toutes les personnes de la même manière et ne pas recevoir d'assistance de l'AFSCME en cas de sanction pour inconduite sexuelle, usage excessif de la force ou violence.
  • Se départir des campagnes organisant des policiers, des gardiens de prison et de prison, des agents de probation et des agents de sécurité armés. Investissez plutôt dans des campagnes de syndicalisation pour protéger et autonomiser les secteurs où les travailleurs sont engagés en faveur de l'égalité raciale, et élargissez l'emploi dans la fonction publique qui soutient la sécurité et le bien-être de la communauté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *