Catégories
Réflexion et socialisme

Louisville, 1-3 juin

Des manifestants affrontent la police | Photo de Geoff Livingston

Lundi 1er juin

jeLe matin, une foule s'est rassemblée au 26 et à Broadway, le site du meurtre de David McAtee la veille. M. MacAtee possédait un restaurant-barbecue où les gens se réunissaient tous les dimanches et des images de surveillance le montraient entrer et sortir avec des pinces aux fumeurs peu de temps avant sa mort. La police a ensuite affirmé qu'il avait tiré le premier, mais la vidéo ne semble pas le confirmer. Il n'y a pas eu de manifestation dans cette partie de la ville mais les flics anti-émeute et la garde nationale ont utilisé des gaz lacrymogènes et d'autres armes «non létales» sans provocation sur les personnes rassemblées au barbecue.

Le chef de la police de Louisville, qui avait déjà remis sa démission, a été licencié avec pension complète et le couvre-feu a été prolongé d'une semaine. La police a laissé le corps de M. McAtee sur le sol pendant plus de 10 heures, et une foule s'est rassemblée en scandant «le relever», entre autres. Mon fils et moi étions là pour témoigner lorsque la police a accepté de permettre à sa mère de voir son corps et de l'emmener. Il y a eu un profond moment de silence et une voix forte a commencé à chanter «Amazing Grace».

Les mots ne peuvent décrire le chagrin et la rage de la communauté rassemblée. Les tensions étaient vives et des policiers anti-émeute armés bordaient la rue. Une fois qu'ils ont déplacé le corps, les policiers sont partis et l'atmosphère s'est transformée en un joyeux mémorial avec de la nourriture de tous les côtés, de la musique et de la camaraderie. Pendant tout ce temps, il y avait une foule rassemblée à Jefferson Square Park pour un rassemblement pour mettre fin au silence blanc, principalement des blancs, une présence policière pacifique et faible. J'ai rejoint ce rallye en fin d'après-midi. Des jeunes et même deux policiers ont mené une marche vers le lieu du meurtre, bien que des militants noirs aient demandé qu'il n'y ait pas de manifestants ou de policiers dans le West End.

La marche a tourné autour du 26 et de Jefferson et est retournée à Jefferson Square Park, où la police est apparue en force, bloquant toutes les rues environnantes et attaquant sans provocation avec des éclairs, des gaz lacrymogènes et des boules de poivre après la tombée de la nuit. En essayant de quitter la zone, j'ai été frappé deux fois avec des boules de poivre sur mon vélo, loin de la foule. Il y a eu des dizaines d'arrestations au centre-ville. Ce même jour, une manifestation dans le quartier aisé de St. Matthews a vu un révérend noir arrêté et retenu de force avec un Taser tenu à la tête.

Mardi 2 juin

Ta occupation de Jefferson Square Park est revenue pour une deuxième journée de midi à 19 h. Après 7 heures, une foule nombreuse quitta le centre-ville et se dirigea vers les Highlands, un quartier de hipsters blancs jusque bien après le couvre-feu, et revint plus tard au centre-ville. Il y avait une forte présence de policiers anti-émeute / garde nationale mais ils ont gardé leurs distances et les manifestants n'ont pas été inquiétés. Peut-être que la retenue était due au nouveau chef de police par intérim ordonnant aux flics de laisser leurs cames de corps allumées. À un moment donné, la police et les manifestants ont été vus échangeant des coups de poing. Un certain nombre de suprémacistes blancs connus et / ou clairement tatoués ont été repérés et photographiés lors de cette marche et circulant en ville. Il a été fait état de violences policières dispersées tard dans la nuit.

Mercredi 3 juin

Jefferson Square Park a été pacifiquement occupé de midi à 19 heures, certaines personnes restant après le couvre-feu, tandis que la majorité a de nouveau marché vers les Highlands et ses alentours. Des informations non confirmées ont fait état de tirs de boules de poivre et de balles en caoutchouc sur des petits groupes et des traînards. Mon collègue, une infirmière qui n'était pas militante jusqu'à présent, rapporte avoir vu un homme sur un vélo abattu avec une balle en caoutchouc: "Il roulait littéralement à vélo … Il saignait partout."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *