Catégories
Réflexion et socialisme

Vale Rod Webb | Vert gauche

À la fin des années 1960, la guerre du Vietnam suscitait une protestation de masse, le mouvement féministe avait fait irruption sur la scène et le mouvement de libération gay, comme on l'appelait alors, émergeait. Le cœur de l'activisme de Sydney comprenait la résistance sur Goulburn Street, un centre de protestation et un foyer culturel.

Le dimanche de la même année, après une journée de sérigraphie par affiche ou d'impression du prochain pamphlet anti-guerre du lycée, j'ai pu voir L'année dernière à Marienbad, La guerre est finie, À bout de souffle, Les Carabiniers, El ángel exterminador, Das Cabinet des Dr. Caligari, et des dizaines d'autres classiques du cinéma anciens et modernes.

Pour cette éducation, je suis redevable à Rod Webb, qui dirigeait la Resistance Film Society, une contribution unique et importante à l'environnement culturel de Sydney à une époque antérieure aux cinémas art et essai, SBS ou Netflix.

Rod a figuré dans cette période de bouleversements culturels et politiques. John Percy, dans Une histoire du Parti socialiste démocrate et de la Résistance, décrit l’implication de Rod dans les premiers précurseurs de la Résistance et de l’Alliance socialiste. Il s’agit notamment de la Campagne d’action du Vietnam, du Groupe X, du Groupe d’examen socialiste, du lancement de Action directe (prédécesseur de Vert gauche) et le lancement de Socialist Youth Alliance (SYA, qui a ensuite changé son nom en Résistance).

Les camarades de cette époque se souvenaient chacun de contributions différentes. Pour Geoff Payne, c'était son rôle central dans la campagne du Moratoire du Vietnam. Sol Salbe se souvient de sa passion pour la justice dans trois domaines: le Vietnam, la Palestine et les droits des homosexuels.

C'était une période critique dans la lutte pour mettre fin à l'implication de l'Australie dans la guerre du Vietnam et Rod a mené la campagne anti-guerre extrêmement importante de la SYA en 1971. Rod était un ardent défenseur, un organisateur, un ambassadeur et un leader du mouvement.

Au début de 1972, Rod a occupé un poste au Conseil des étudiants de l'Université Macquarie et a ensuite remplacé un rédacteur homophobe du journal étudiant Arène. Jeremy Fisher, un étudiant gay qui risquait d'être expulsé de son collège résidentiel, explique comment, quelques heures après avoir parlé à Rod, le problème a fait boule de neige dans la presse, la Builders Laborers Federation introduisant des interdictions «roses» sur le site. Un autre cas concernait Penny Short, une lesbienne à qui l'on avait refusé une bourse d'enseignement.

Rod faisait partie de la campagne de l'Union australienne des étudiants de 1973 pour fournir un soutien aux Palestiniens qui, à l'époque, étaient confrontés à un isolement extrême. Après que Rod a quitté l'Université Macquarie, Antony Loewenstein à Ma question d'Israël décrit une entrevue infructueuse que Rod a eue pour le directeur général de l'Australian Dance Theatre à Adélaïde. Le président d'ADT pensait que Rod était un excellent candidat, mais a expliqué que, comme le Premier ministre Don Dunstan était un fervent partisan d'Israël, Rod ne serait pas une bonne personne pour l'approcher pour le financement d'ADT. On n'entendit plus rien.

Au lieu de cela, Rod a rejoint le National Film Theatre of Australia, l'Australian Film Commission, le Sydney Film Festival en tant que directeur 1984-88, l'Australian Film Institute puis programmeur réseau et brièvement chef de la télévision par intérim au SBS de 1991 à 2003. L'audience du Sénat en 2003, discuter du refus de Rod de supprimer du personnel à SBS est une lecture merveilleuse.

Dans son dernier rôle majeur, il est devenu responsable de la programmation jusqu'en 2011 chez ABC’s Australia Network.

L'engagement franc de Rod envers ses principes n'a jamais faibli. En 2009, il a débattu de Richard Moore du Melbourne International Film Festival sur ABC Radio National au sujet du parrainage du gouvernement israélien pour le MIFF cette année-là.

Le 15 mai, Rod est décédé de la maladie de Parkinson, à 76 ans. Il nous manquera beaucoup.

(Rod laisse dans le deuil sa partenaire Ania Bokina, leurs deux filles et leurs deux fils d'un précédent mariage. Il y aura un service commémoratif à une date à fixer.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *